Disclaimer / Avis de non-responsabilité
Lucie Joubert

août 21st, 2012 Le 17 août 2012

Bérengère Krief et Laureline Kuntz

Si le milieu universitaire résiste toujours à l’humour comme avenue sérieuse de recherche et ne se gêne pas pour le faire sentir à celles et ceux qui l’empruntent, il reste, douce revanche, une jouissance sous-jacente à travailler sur le sujet et c’est celui de faire coïncider le nécessaire et l’agréable. Ainsi, fraîchement « tombée » en vacances le 30 juin dernier, j’ai pu continuer à « travailler » en allant entendre deux jeunes humoristes françaises que je ne saurais trop recommander. Elles se produisent dans un tout petit théâtre, Le Point-virgule, dans le Marais à Paris, dont la réputation est inversement proportionnelle à la grandeur de la salle. Deux filles, deux styles.

Bérengère Krief s’est fait connaître du grand — et jeune — public par des clips sur le web, comme c’est de plus en plus le cas pour les humoristes. (Je suggère un détour vers Le Da Vagin Code, clip qui dévoile un secret bien gardé : en fait, les filles n’ont jamais leurs règles; elles les invoquent uniquement pour se dérober à un amoureux trop pressant).  Elle a fait beaucoup de théâtre si on en juge par les infos glanées sur Wiki; c’est sans doute ce qui explique son sens aigu de ce que les praticiens de l’humour appellent le delivery : gestuelle, mimiques, jamais dans la surenchère, toujours dans l’efficacité. Ses cibles de prédilection, et c’est la partie la moins originale du spectacle parce que prévisible, sont les relations filles-garçons, les filles nunuches et superficielles, etc. Mais ça marche, à plein. La meilleure blague, politically incorrect, vous êtes prévenu(e)s : « — Te rends-tu compte qu’avec ton pull en cachemire, on aurait pu nourrir 6 Haïtiens? — J’ignorais totalement que les Haïtiens mangeaient du cachemire ! »

Laureline Kuntz évolue dans un tout autre registre. Sacrée championne de Slam de France le 30 juin 2007, elle présente effectivement un spectacle sur ce mode : les textes sont écrits avant toute chose et puisent leurs effets humoristiques dans la rime et la sonorité des mots. Loin du mantra « une ligne, un punch » qui guide la plupart de nos humoristes actuels, Kuntz propose un spectacle construit comme une enfilade de poèmes, récités avec une énergie qui nous laisse essoufflés, ravis. Difficile dans ces conditions de cibler une blague en particulier ; il faudrait inventer un nouveau système de sténo ou carrément enregistrer le tout pour arriver à suivre. Voici faute de mieux les premières paroles de son sketch sur Michael Jackson : « Je suis Michel Jacon, king de la proutte pop / don’t touch aux anges du para KiKi ».  50 minutes de ce délire : on aime ou non. Les critiques ont fait état de la difficulté pour Kuntz de passer du slam pur au show d’humour. Je crois plutôt que l’humoriste-poète vient d’imposer un nouveau créneau. C’est un tour de force.

 

 

À consulter :

Bérengère Krief

http://www.lepointvirgule.com/content/b%C3%A9reng%C3%A8re-krief
http://fr.wikipedia.org/wiki/B%C3%A9reng%C3%A8re_Krief

Laureline Kuntz

http://www.lepointvirgule.com/content/laureline-kuntz
http://www.youtube.com/watch?v=wFPChlF9rRE&feature=related

 

 

 

 
 

© 2018 Lucie Joubert

Just Lucid theme by DemusDesign, Theme Lab, and Best Linux Web Hosting